Syndrome de friction dans la bande ilio-tibiale (ITB)

par Dr. Richard Beauchamp, M.D., FRCSC

Le syndrome de friction de la bande ilio-tibiale (ITB) est une affection/irritation qui provoque une douleur à l’extérieur de la jambe en raison d’une inflammation liée à la bande ilio-tibiale.

Anatomie :
Le tractus ilio-tibial est une condensation de muscle et de tendon en une structure appelée ITB. Il s’étend de l’extérieur du bassin (« Ilio ») au-dessus de l’os de la hanche et s’étend le long de l’extérieur de la cuisse, sur la proéminence de la hanche et du genou et se termine juste en dessous de l’articulation du genou (« Tibial ») (Figure 1). Cette bande commence comme un muscle incorporant les muscles de la hanche et du fessier (fléchisseurs et abducteurs), mais devient rapidement un tendon avec très peu de fonctions musculaires au moment où il atteint le genou. Il est destiné en premier à stabiliser le genou et en second lieu la hanche pendant la marche et la course. Si votre style de course est anormal, l’ITB peut être soumis à une traction ou une force extrême qui fera se contracter le muscle et provoquera une friction (d’où le terme « frottement ») sur les zones où il est proche de l’os et d’autres structures solides.(Figure 2) Le ITB est un facteur très important dans la cinématique et la cinétique de la jambe pendant la course. Comme ce complexe tendon-muscle s’étend sur deux articulations (hanche et genou), il est très sensible aux forces provenant d’une multitude de causes. Ceux-ci peuvent inclure des écarts de longueur des jambes, des courses fréquentes sur des surfaces inégales ou inclinées, une flexion accrue du genou due à une foulée trop longue, qui peut inclure une course en descente.

Continuer la lecture de « Syndrome de friction dans la bande ilio-tibiale (ITB) »

Repas pris en famille

par Alexis Williams

Cours de natation du lundi soir, cours de danse du mardi soir, club du mercredi soir… cela commence-t-il à vous paraître familier ? Les horaires chargés sont monnaie courante et avec toutes ces activités qui accompagnent une vie p active pour nous-mêmes et nos familles, il est facile d’oublier la longue tradition de s’asseoir à la table pour un dîner de famille durant la semaine. Bien qu’il puisse sembler plus facile de faire un détour par le service au volant lors d’une soirée occupée, vous annulerez rapidement le bien que vous faites en étant actif. La bonne nouvelle est qu’il existe un moyen de trouver un équilibre et d’avoir le meilleur des deux mondes.

Les repas pris en famille sont importants. Que vous soyez une famille d’un ou de 10 membres, les repas cuisinés à la maison ont des avantages. Sur le plan nutritionnel, nous avons tendance à consommer moins de calories, de sucre, de sel et de matières grasses lorsque nous préparons nos propres repas comparés aux repas pris au restaurant. C’est également une excellente occasion d’enseigner aux enfants de précieuses compétences alimentaires. Le terme « compétences alimentaires » est un mot à la mode dans le monde de la santé, car nous réalisons maintenant que les compétences de base en cuisine ne sont pas transférées aux jeunes générations, ce qui entraîne une consommation accrue de sorties au restaurant et de plats préparés. Les repas en famille présentent également des avantages psychologiques, notamment une occasion pour les parents de parler de sujets importants à la table du dîner et de prendre le temps de partager et de socialiser.

Continuer la lecture de « Repas pris en famille »

Questions et réponses avec Gaston Ly

Gaston est né, a grandi et réside à Honolulu, Hawaii et où il est maintenant gérant de la boutique du Coin des Coureurs. Il raconte que les gens « pensent généralement qu’Hawaii est très pastorale, mais la ville d’Honolulu est plutôt métropolitaine. Il n’y a certainement pas de huttes à toit de paille ni de soutiens-gorge en noix de coco ici, bien qu’il existe quelques endroits touristiques à Waikiki et à Laie (le centre culturel polynésien) où vous pourrez en trouver. “
Continuer la lecture de « Questions et réponses avec Gaston Ly »

La science des blessures aux ischio-jambiers

par Dr. Reed Ferber, Ph.D. CAT(C)

Les blessures aux ischio-jambiers d’athlètes de haut niveau ont beaucoup retenu l’attention lors des championnats du monde d’athlétisme de l’année dernière à Londres. Bien que ces blessures soient liées au sprint, les mécanismes de la blessure sont assez semblables à ceux de la course à pied. En outre, les tensions aux ischio-jambiers font partie des 10 principales blessures des coureurs de fond, en particulier des coureurs récréatifs. Aux championnats du monde, André De Grasse tentait de détrôner Usain Bolt, de la Jamaïque, comme l’homme le plus rapide du monde. Mais la veille du coup d’envoi du 100 mètres, le sprinteur canadien a annoncé qu’une déchirure aux muscles ischio-jambiers l’obligeait à se retirer. Quelques jours plus tard, Bolt a été gravement blessé aux ischio-jambiers lors de sa dernière course. Au cours de son segment du relais 4 × 100 mètres, le champion olympique a étiré son muscle ischio-jambier. Alors, quelle est la science derrière un étirement ischio-jambier?

Les ischio-jambiers sont en réalité un groupe de trois muscles situés à l’arrière de la cuisse qui jouent un rôle important dans la course. Ils fonctionnent pour contrôler à la fois le genou et la hanche pendant la phase de balancement (lorsque le pied n’est pas au sol) et la phase de posture (lorsque le pied est au sol).

Continuer la lecture de « La science des blessures aux ischio-jambiers »

Mon amie la biche

par Kristi York

On est le jeudi pendant mes vacances d’une semaine dans ma communauté de chalets bien-aimée. À l’approche du week-end et de notre voyage de retour, je commence à ressentir de l’émotion et je sais que j’ai besoin d’aller courir. Ma matinée a toutefois démarré lentement et il fait déjà très chaud. Néanmoins, je mets ma bouteille d’eau du Coin des Coureurs dans son porte-bouteille à la ceinture et je part.

Pendant les premières minutes, tout va de travers. Le sac à la taille est trop lâche, ma chemise est trop ample, il fait trop chaud et mes jambes sont raides. Je cours sur le quai en béton et je me concentre sur la beauté qui entoure la baie. L’eau est presque calme sur le côté gauche, tandis que la direction du vent la rend houleuse sur la droite. Je souhaite que des embruns m’arrosent alors que les vagues se brisent avec force contre les rochers.

Continuer la lecture de « Mon amie la biche »

Les fractures de stress

Deux mots qui peuvent vraiment stresser un coureur : fracture de stress.

Une fracture de stress est une petite fissure dans un os provoquée par des charges et des efforts répétitifs, entraînant une douleur et une sensibilité au site de la blessure. Les fractures de stress se produisent le plus souvent au pied (métatarsiens), au tibia et à la hanche (fémur ou bassin). La condition peut être accélérée par un soutien musculaire insuffisant ; par conséquent, le meilleur moyen d’éviter une fracture de stress est de maintenir un équilibre musculaire et osseux.

Les os sont les structures squelettiques qui fournissent des points d’attache aux muscles, aux ligaments et aux tendons, qui exercent une force afin de générer un mouvement. Les os reçoivent également leur force en utilisant correctement les muscles adjacents. Toute situation de faiblesse ou d’alignement musculaires peut alors affaiblir les os, ce qui peut entraîner des fractures.

Continuer la lecture de « Les fractures de stress »

Courir et se Souvenir

Ce jour du Souvenir marque le 100e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Chaque année, à 11 heures le onzième jour du onzième mois, nous observons une minute de silence pour nous souvenir et commémorer ceux et celles qui ont servi et qui sont morts dans des guerres et des conflits armés. Les combats cessèrent officiellement le 11 novembre 1918, mais la guerre ne fut officiellement pas terminée avant la signature du Traité de Versailles le 28 juin 1919. Après la Seconde Guerre mondiale, cette commémoration de l’armistice annuel du 11 Novembre fut connue sous le nom de Jour du Souvenir. Continuer la lecture de « Courir et se Souvenir »