A Change for the Better

by Shane Dixon

If anyone tells you that running will change your life, you should listen, because it’s true. I’m living proof.

Throughout most of my life, the bulk of my time was spent going to the gym, lifting weights, and, like most younger men, trying to become bigger and more muscular. I often neglected the importance of cardio activities, and instead focused mostly on weight training. During this period of my life, I also enjoyed Toronto’s night life, and spent many nights going out to bars and binge-drinking with friends. Partying served as the perfect outlet for me as I was unhappy with parts of my life, miserable with my sales job, and chose to drown my sorrows with alcohol. Continuer la lecture de « A Change for the Better »

Big Bird in Tokyo

Below, a Canadian runner shares her story of completing the Tokyo Marathon, the sixth event in the Abbott World Marathon Majors series (the other five are Boston, London, Berlin, Chicago and New York). Now in its 12thyear, the series attracts thousands of runners from 190 countries. Amateurs can vie to complete all the races in the coveted Six Star Finisher program, which was launched in 2014. Continuer la lecture de « Big Bird in Tokyo »

Je l’ai complété !

par Alice Bohlen

Je ne me suis jamais vraiment considéré comme une coureuse ou quelqu’un qui est atteint du « virus du coureur ». Mais tout cela a changé lorsque j’ai offert de travailler comme bénévole lors de la légendaire course Tamarack lors du weekend de course d’Ottawa en 2015. Les gens applaudissaient, une musique entraînante jouait et il y avait énormément de diversité parmi la foule. C’était la communauté cachée de la course à pied qui semblait toujours m’attirer. Deux ans plus tard, à l’occasion du 150e anniversaire du Canada, j’ai terminé une course de 10 km avec mon cousin. Dans cette première manche, ce qui a fait la plus grande différence pour moi, c’est l’atmosphère. C’était certainement la meilleure source d’adrénaline que je pouvais avoir.

Continuer la lecture de « Je l’ai complété ! »

Running Bloopers

by Kristi York

Finish-line moments are highly memorable, no question. You’ll always remember how you felt as you achieved a personal best time or conquered a new distance. But you likely also have other moments etched in your mind: the mistakes, the mix-ups, the times things didn’t go as planned. Once on a run in my neighbourhood, I slipped on a patch of black ice, resulting in a spectacular wipe-out where I landed squarely on my (to use a technical term) left heinie. Every time I run past that corner, I cringe inwardly. If you’re a runner, you’ve likely experienced a running blunder of some kind. Here are three of my greatest goof-ups:

Locked Out
I headed out for a mid-day run with my house key stashed safely in my zippered pocket. It was a chilly fall day and as I rounded the corner for home, I eagerly imagined having a hot shower and putting on some cozy, comfortable clothes. The only problem was, the garment I was already wearing wasn’t going to cooperate. The zipper of the pocket containing my key was completely, utterly stuck in the closed position. I pulled and tugged, but the thing wouldn’t budge. I was not carrying a phone and we do not have a hidden outdoor key. Plus, it was a weekday, so all the neighbours were at work.

Continuer la lecture de « Running Bloopers »

A Life Sentence

I could not tell you the exact moment, event or even potential series of events that led to the extreme shifts in my mood. I can only tell you that there was a time in my life that I spent many a day and night contemplating death. It went on for years. I was unreliable, sad all the time, and absolutely without any energy. It had been too many days, weeks, months and years of the same thing that I had lost any hope that I would ever wake up feeling any better. Not being here seemed like the best option. As a result, I ended up hospitalized after a deliberate overdose, at age 27. To say that the whole incident was completely terrifying would be an understatement. I was lower than low.

Continuer la lecture de « A Life Sentence »

Courir à travers le buisson des fantômes

par Tim MacKay

Crac, crac. Respirer. Crac, cracRespirer.

La neige sous mes pieds répond à mon allure par un craquement rythmique, assorti d’un rythme parallèle dans ma respiration. Le rythme est très réconfortant. C’est apaisant, réparateur. C’est important. Peut-être essentiel. Le rythme — les battements réguliers — est ce qui me fait avancer. Il marque l’espace mental dans lequel je trouve le plus de réconfort, avec un « gauche, droite, intérieur, extérieur “, apportant calme et paix. Et quand je suis assis sur un sentier dans les bois, la forêt me baigne dans la solitude et la simplicité, ce rythme de guérison est aussi proche que je me me rapprocher de la perfection.
Continuer la lecture de « Courir à travers le buisson des fantômes »

Des trous dans mes chaussettes

par Grace Ferguson

Je me souviens être entré dans le magasin de sport, à la suite de ma mère. Elle récupérait sa médaille de finissante de sa dernière course. Je regarde les gens essayer des chaussures de course aux couleurs vives dans un coin, rebondir sur leurs orteils avant de secouer la tête et de sortir une autre boîte de chaussures. Une autre femme regarde dans le miroir pour voir à quel point elle aime le nouveau short de course Brooks exposé sur le présentoir. Je regarde autour de moi tout le matériel amusant, les tablettes Nuun et les rouleaux.

« J’aimerais être une coureuse », dis-je avec nostalgie. Je tourne ma queue de cheval endommagée par le chlore qui passe près de quatre heures par jour dans un casque de bain. Il y avait quelque chose de captivant à l’idée de lacer des chaussures, de sentir la brûlure du soleil sur les épaules, la sueur qui coulait sur le visage.

Continuer la lecture de « Des trous dans mes chaussettes »

Le lapin de cadence d’Afghanistan

par Martin Parnell

Lorsque je suis arrivé dans la ville de Bamyan, au centre de l’Afghanistan, je savais qu’il y aurait beaucoup de filles afghanes qui couraient bientôt leur tout premier marathon Free to Run. Je me posais la question: »comment puis-je les aider? ».

Alors l’idée m’est venue: pourquoi ne pas être le tout premier «Lapin de cadence» au Marathon d’Afghanistan? J’ai fabriqué une paire d’oreilles de lapin et une pancarte avec un objectif-temps de 7 heures, une heure avant l’heure limite de 8 heures. Ça allait être un parcours difficile. L’altitude maximale est supérieure à 3 000 mètres (11 000 pieds), ce qui signifie que le niveau d’oxygène chute de 21% à 13,7%. C’est aussi extrêmement vallonné et le gain et la perte d’altitude sur les 42 kilomètres sont de 1 135 mètres.

Continuer la lecture de « Le lapin de cadence d’Afghanistan »

L’amour sur une colline

par le Dr Sunny Leong

Qui aurait cru que je rencontrerais ma future épouse par hasard lors d’une séance d’entraînement en colline à un Coin des Coureurs un soir d’août 2014? Je n’avais jamais vraiment couru, mais je m’apprêtais à courir mon premier demi-marathon à Edmonton. Misaki, en revanche, était une machine de la course à pied; elle avait couru au moins 15 marathons avant notre rencontre et avait adopté la course à pied pour équilibrer les rigueurs des études supérieures. Continuer la lecture de « L’amour sur une colline »