Stressé

avec le Dr. Richard Beauchamp, M.D., FRCSC

 

Deux mots qui peuvent vraiment stresser un coureur : fracture de stress. Une fracture de stress est une petite fissure dans un os provoquée par une charge et une tension répétitives, qui entraîne une douleur et une sensibilité au niveau du site de la blessure. Les fractures de stress se produisent le plus souvent au niveau du pied (métatarses), du tibia (tibia) et de la hanche (fémur ou bassin). Cette affection peut être accélérée par un soutien musculaire inadéquat ; par conséquent, le maintien d’une force musculaire et osseuse équilibrée est le meilleur moyen d’éviter une fracture de stress. Continue reading “Stressé”

Causes tissulaires du mal de dos : muscles, fascias

by Dr. Richard Beauchamp, M.D., FRCSC

Les blessures des tissus mous sont les causes les plus fréquentes des maux de dos. De nombreuses unités musculaires s’étendant du bassin jusqu’au cou soutiennent la colonne vertébrale. Il s’agit des muscles spinae erectae et quadratus lumborum. Les lésions de ces muscles peuvent entraîner un dysfonctionnement et l’apparition de douleurs dorsales. Les blessures sont le plus souvent le résultat d’une faiblesse des muscles pelviens et abdominaux superposée à une mauvaise technique de course. Le traitement initial d’un coureur ayant subi une blessure récente consiste à mettre le dos au repos pendant environ une semaine pour permettre aux tissus mous de guérir (PAS DE COURSE). L’application de glace est un bon agent anti-inflammatoire sans les effets secondaires des médicaments oraux. La glace doit être appliquée à l’aide d’une serviette pendant 20 minutes, trois fois par jour. Les douleurs qui durent plus de deux à trois semaines peuvent également être traitées avec des anti-inflammatoires oraux. Pendant tous ces traitements, il est important de maintenir un niveau d’activité (repos actif). Le vélo, la marche et les exercices généraux de renforcement musculaire sont à encourager. Continue reading “Causes tissulaires du mal de dos : muscles, fascias”

Les blessures aux bras parmi les coureurs et coureuses

par Dr. Richard Beauchamp, M.D., FRCSC

Parmi les coureurs et les marcheurs, les blessures aux bras sont beaucoup moins fréquentes que les blessures aux jambes. Mais quand même, une blessure au bras ou à l’épaule peut s’avérer gênante et vous empêcher de courir. Quiconque a ressenti une douleur inflammatoire autour de l’épaule sait de quoi je parle. Un athlète peut tenir le coup avec une blessure à la jambe en boitant, en utilisant des béquilles, en se levant, en s’asseyant ou en se couchant. Par contre, il est très difficile de mettre au repos une articulation au bras comme l’épaule ou le coude. Même debout ou en position assise, les muscles du bras peuvent se contracter, entraînant la plupart du temps des douleurs. Vous ne pouvez tout simplement pas « ignorer » les douleurs aux bras aussi facilement.

Puisque les coureurs et coureuses martèlent le pavé avec tellement de force et de répétition, il est naturel de croire que les blessures se limiteraient à leurs jambes. Les jambes des coureurs doivent faire face à une force excessive — jusqu’à trois ou quatre fois leur poids corporel. Ces forces doivent être absorbées par le corps, ainsi des blessures peuvent survenir dans les jambes, ainsi que dans la structure squelettique du dos, du cou et des bras.

Continue reading “Les blessures aux bras parmi les coureurs et coureuses”

Entorses musculaires

Le corps est composé de centaines de muscles de types différents — contractions lentes, contractions rapides, squelettiques, lisses et cardiaques, pour en nommer que quelques-uns. Les muscles fournissent la force nécessaire en se contractant et en se détendant, pour provoquer le mouvement. Les muscles en mouvement nécessitent un ancrage solide (une extrémité du muscle étant attachée à un os ou à un ligament) et l’autre extrémité du muscle se connectant à la partie flexible du membre. Lorsque ce muscle se contracte ou se raccourcit, une contraction musculaire se produit.

La science derrière cette contraction musculaire et cette relaxation est très complexe. Il implique des protéines appelées actine et myosine, ainsi que divers autres éléments, notamment le calcium, le potassium, le sodium et l’eau. C’est pourquoi il est si important de fournir les éléments (eau, électrolytes, etc.) nécessaires au travail des muscles pendant l’entraînement.

Continue reading “Entorses musculaires”

L’arthrite et la course

PAR Dr. Richard Beauchamp, M.D., FRCSC

Nous avons invité les lecteurs à nous envoyer des suggestions de sujets pour cette rubrique et nous avons reçu cette question de David : « Est-il possible de courir ou de faire du jogging quand on souffre d’une maladie chronique et douloureuse au genou, comme l’arthrite ?

Pour commencer, il existe de nombreuses causes “d’arthrite”. J’utilise des guillemets, car le patient doit être convaincu que le diagnostic d’arthrite est exact. L’arthrite du genou doit absolument être confirmée avant toute modification de l’activité ou du mode de vie.

Continue reading “L’arthrite et la course”

Entorses à la cheville

avec le Dr Richard Beauchamp M.D, FRCSC

Une entorse à la cheville est une blessure aiguë ou soudaine qui entraîne la déchirure de l’un des ligaments de la cheville. Les ligaments sont des tissus solides qui s’attachent aux os adjacents d’une articulation, apportant stabilité et limitation des mouvements excessifs. Les entorses sont généralement classées selon la gravité de la blessure, comme suit :

Classification : Grade 1
Cela se réfère à une légère extension de certaines des fibres du ligament seulement. L’individu est capable de marcher initialement sur la cheville sans trop d’inconfort. Il peut y avoir un gonflement, mais la récupération est généralement terminée en quelques jours.

Continue reading “Entorses à la cheville”

Syndrome de friction dans la bande ilio-tibiale (ITB)

par Dr. Richard Beauchamp, M.D., FRCSC

Le syndrome de friction de la bande ilio-tibiale (ITB) est une affection/irritation qui provoque une douleur à l’extérieur de la jambe en raison d’une inflammation liée à la bande ilio-tibiale.

Anatomie :
Le tractus ilio-tibial est une condensation de muscle et de tendon en une structure appelée ITB. Il s’étend de l’extérieur du bassin (« Ilio ») au-dessus de l’os de la hanche et s’étend le long de l’extérieur de la cuisse, sur la proéminence de la hanche et du genou et se termine juste en dessous de l’articulation du genou (« Tibial ») (Figure 1). Cette bande commence comme un muscle incorporant les muscles de la hanche et du fessier (fléchisseurs et abducteurs), mais devient rapidement un tendon avec très peu de fonctions musculaires au moment où il atteint le genou. Il est destiné en premier à stabiliser le genou et en second lieu la hanche pendant la marche et la course. Si votre style de course est anormal, l’ITB peut être soumis à une traction ou une force extrême qui fera se contracter le muscle et provoquera une friction (d’où le terme « frottement ») sur les zones où il est proche de l’os et d’autres structures solides.(Figure 2) Le ITB est un facteur très important dans la cinématique et la cinétique de la jambe pendant la course. Comme ce complexe tendon-muscle s’étend sur deux articulations (hanche et genou), il est très sensible aux forces provenant d’une multitude de causes. Ceux-ci peuvent inclure des écarts de longueur des jambes, des courses fréquentes sur des surfaces inégales ou inclinées, une flexion accrue du genou due à une foulée trop longue, qui peut inclure une course en descente.

Continue reading “Syndrome de friction dans la bande ilio-tibiale (ITB)”

Les fractures de stress

Deux mots qui peuvent vraiment stresser un coureur : fracture de stress.

Une fracture de stress est une petite fissure dans un os provoquée par des charges et des efforts répétitifs, entraînant une douleur et une sensibilité au site de la blessure. Les fractures de stress se produisent le plus souvent au pied (métatarsiens), au tibia et à la hanche (fémur ou bassin). La condition peut être accélérée par un soutien musculaire insuffisant ; par conséquent, le meilleur moyen d’éviter une fracture de stress est de maintenir un équilibre musculaire et osseux.

Les os sont les structures squelettiques qui fournissent des points d’attache aux muscles, aux ligaments et aux tendons, qui exercent une force afin de générer un mouvement. Les os reçoivent également leur force en utilisant correctement les muscles adjacents. Toute situation de faiblesse ou d’alignement musculaires peut alors affaiblir les os, ce qui peut entraîner des fractures.

Continue reading “Les fractures de stress”

Ce que vous devez savoir à propos du genou du coureur.

par le Dr Richard Beauchamp M.D., FRCSC

Avez-vous éprouvé de la douleur à l’avant du genou ou des genoux pendant ou après une course ? Si tel est le cas, vous avez peut-être eu un cas de syndrome patella fémorale (connu parfois sous le nom de genou du coureur). Le genou du coureur est en réalité un terme vague utilisé pour décrire le symptôme ci-dessus — douleur au genou. Cependant, ce n’est pas nécessairement un précurseur de l’arthrite; en fait, il a été dit qu’il n’y avait pas de corrélation entre l’arthrite de la hanche et du genou chez les marathoniens actifs.1

Le genou du coureur est une affection courante, mais les causes réelles et l’efficacité des traitements ne sont pas facilement explicables. Le genou du coureur est un méli-mélo d’autres diagnostics et de conditions souvent aggravé par le contact des jambes avec le sol pendant que vous pratiquez votre sport. Vos jambes doivent générer de la puissance pour courir et absorber l’impact afin de protéger vos os et vos muscles des blessures. Le genou du coureur peut également se produire chez les marcheurs, mais moins fréquemment.

Continue reading “Ce que vous devez savoir à propos du genou du coureur.”

Puis-je retourner courir après mon remplacement de hanche ?

par Dr. Richard Beauchamp, M.D., FRCSC

Les arthroplasties, en particulier de la hanche et du genou, sont devenues l’une des opérations les plus fréquemment pratiquées dans le monde. Selon l’Académie américaine des chirurgiens orthopédiques, plus de 300 000 arthroplasties totales de la hanche sont pratiquées chaque année aux États-Unis et le nombre d’arthroplasties du genou est encore plus élevé. Continue reading “Puis-je retourner courir après mon remplacement de hanche ?”