Mon histoire de marathon virtuel Servus Edmonton

Share

By Gary Poignant

Lorsque j’ai fait le dernier pas dans l’allée devant notre maison de Sherwood Park, la carte de l’application GPS Ride sur mon iPhone7 a atteint la marque des 26,2 miles. Ma longue marche tranquille était terminée, et j’avais atteint mon objectif.
Après presque cinq ans d’excuses, j’ai enfin terminé un autre marathon.
Et contrairement aux 30 premiers, ce marathon “virtuel” était différent en tous points.
En raison des restrictions du COVID-19, tous les participants au marathon Servus Edmonton 2021 devaient parcourir la distance entre le 15 et le 31 août et entrer leur temps en ligne.
Il n’y avait pas de parcours de marathon à suivre, pas de postes de secours et pas de foule d’encouragement.
Mais je n’ai pas été découragé, grâce à un remarquable octogénaire dont les commentaires inspirants ont fourni la seule motivation dont j’avais besoin.
J’ai rencontré Roger MacMillan, de Fort Saskatchewan, en 2019, alors que j’écrivais un article pour une publication destinée aux personnes âgées et qu’il se préparait à participer à son 112e marathon à Edmonton.J’ai fait un commentaire désinvolte pendant l’entrevue, disant que j’avais l’habitude de courir des marathons, mais que j’avais arrêté en raison de genoux endommagés et arthritiques.

“Vous pouvez le faire. Vous n’avez même pas besoin de courir “, a dit Roger, un homme facile à vivre qui marchait souvent plus qu’il ne faisait de jogging.
En tant que personne de près de 20 ans sa cadette, ses remarques ont trouvé un écho.
J’ai donc décidé de m’inscrire en ligne au marathon Servus Edmonton 2021. J’ai tracé un circuit de trois tours autour de mon quartier sur mon vélo, de façon à pouvoir parcourir la distance tout en restant assez près de chez moi pour faire des pauses pour boire et aller aux toilettes. (Je me suis entraîné en marchant et en faisant du vélo sur environ 80 km par semaine).
Bien qu’il n’y ait pas de foule enthousiaste ou de ligne d’arrivée visible, j’aurais plus qu’assez de soutien de ma femme, Linda, et de mon chien, Harley.
Le 15 août, j’étais prêt. J’étais nerveux et je n’ai dormi qu’environ quatre heures, me réveillant à la radio à 4 heures du matin.
J’ai mangé un bol de céréales avec une banane, pris une tasse de café et bu une grande bouteille d’eau avant de partir avec deux autres bouteilles d’eau pleines. J’ai pris un analgésique en vente libre au cas où mes genoux seraient trop inconfortables.
Pendant les sept heures, 15 minutes et 26 secondes qui ont suivi, je n’ai pas vu un seul coureur ou joggeur, mais j’ai compté 15 personnes qui promenaient leur chien et cinq autres qui se promenaient. J’ai également vu quatre lièvres sauvages – que j’ai appelés mes lapins d’allure personnels.
Je me suis arrêtée à la maison pour deux pauses toilettes et un remplissage d’eau. J’ai aussi reçu un coup de pouce de Linda et Harley, qui sont venus me rendre visite au bout de 13 milles.

Au bout de 30 km environ, j’ai discuté avec une femme qui promenait son caniche de quatre ans appelé Arnie. Je lui ai dit que j’avais un chien nommé Harley et qu’il avait 11 ans. Elle a terminé l’échange par “Bonne promenade”.
Pendant le dernier kilomètre, Linda m’a raccompagné à la maison sur son vélo, en faisant sonner une cloche à main et en chantant “Go, Gary Go”. Quelques voisins ont levé les yeux et ont souri.
Je n’ai eu besoin que d’un seul analgésique pour soulager l’inconfort du genou. Comme prévu, mes quadriceps étaient un peu douloureux, mais sinon, je me sentais bien.
Avec l’espoir d’une foule au prochain marathon d’Edmonton, je suis sûr que je serai de retour pour le numéro 32.
Quelques jours plus tard, j’ai appelé Roger et je l’ai remercié de m’avoir poussé à terminer un autre marathon.
“Je savais que tu pouvais le faire. Je suis heureux de t’avoir inspiré”, a déclaré l’homme de 83 ans, qui a été contraint de suspendre l’épreuve des 26,2 miles en raison de problèmes de santé, mais qui continue à marcher tous les jours.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.