Atteintes tibiales ou syndromes de stress tibial

Share

By Richard Beauchamp

 

Le terme “shin splints” est utilisé pour décrire une blessure à la jambe qui provoque une douleur au niveau du tibia. Avant l’avènement de la médecine du sport en tant que spécialité, le shin splints faisait généralement référence à une douleur survenant n’importe où dans la partie inférieure de la jambe. La terminologie est désormais plus spécifique pour décrire les différents types de périosties tibiales en fonction de leur localisation et parfois de leur étiologie. Elles sont maintenant divisées en trois groupes : 1. le syndrome de stress tibial, 2. le syndrome tibial postérieur, 3. le syndrome de stress post-traumatique. Syndrome tibial postérieur 3. Syndrome de stress tibial médial CAUSE : L’utilisation répétitive de la jambe en course à pied entraîne de nombreux cycles de mouvements de la cheville et du pied. Ces mouvements sont le résultat de contractions et de relâchements fréquents des muscles de la partie inférieure de la jambe : les fléchisseurs plantaires (les muscles du mollet à l’arrière de la jambe) et les dorsiflecteurs (l’avant de la jambe). Les mouvements répétitifs peuvent provoquer de petites déchirures dans les attaches des muscles au tibia (os du tibia) ou dans les muscles eux-mêmes, ce qui entraîne des syndromes de stress tibial. Cela se produit surtout lorsque le muscle est soit trop tendu, soit trop faible. Le muscle tibial antérieur (syndrome de stress tibial) est responsable du soulèvement du pied pendant la phase d’élan de la course. Il est également responsable du ralentissement du pied en vue de la frappe du talon à l’atterrissage. Par conséquent, toute anomalie biomécanique (faiblesse ou tonicité anormale) de ce muscle et de sa fonction peut entraîner une blessure. Cela entraîne une douleur et une sensibilité locales au niveau de l’os et du muscle. Les attelles tibiales sont également plus fréquentes chez les coureurs présentant une surpronation (syndrome de stress du tibia postérieur) ou d’autres styles de course altérés, tels qu’une pénétration ou une sortie excessive des orteils ou une course sur les orteils ou la plante des pieds. Une partie de la douleur et de la sensibilité peut ne pas se situer précisément à la surface osseuse, mais plutôt sur le muscle et le tendon blessés eux-mêmes. La périostite tibiale peut également se manifester en cas de changement de style de course ou de distance, ou lorsque vous avez couru longtemps sur des surfaces dures. SIGNES ET SYMPTÔMES : La douleur et la sensibilité le long de la zone du tibia sont typiques. Bien qu’il existe une myriade d’autres causes, le syndrome du tibia est l’une des causes les plus courantes de douleurs aux jambes chez les coureurs et les marcheurs. Les attelles tibiales se manifestent généralement de quatre façons : douleur, sensibilité, gonflement et boiterie (limitation de l’utilisation). Les syndromes de stress tibial peuvent évoluer en quatre stades de blessure (d’après Noakes, T., “Lore of Running”). Au premier stade, une gêne vague et mal localisée va apparaître, souvent après l’arrêt de la course. Le stade suivant sera celui de la douleur lors de la course, mais vous êtes encore capable de “courir à travers”. Lorsque la douleur devient si intense qu’il est impossible de courir, le stade trois est atteint. Les syndromes de stress du tibia qui évoluent vers des fractures de stress indiquent le stade quatre, et il n’est pas possible de courir ou de marcher sans douleur intense et sans boiter. La douleur commence par une gêne progressive qui peut éventuellement évoluer vers une douleur intense rendant la course impossible. Cependant, la douleur peut ne commencer qu’après plusieurs kilomètres de course. Cet intervalle sans douleur se réduit progressivement au fur et à mesure que l’affection non traitée progresse. Vous pouvez ressentir une sensibilité discrète au toucher de la zone affectée de la jambe, généralement à l’avant, sous le genou et au-dessus de la cheville. Vous pouvez ressentir de petites bosses sensibles dans la zone située immédiatement sous la peau, sur la partie de la jambe qui n’est pas couverte par le muscle, ce qui vous permet de sentir plus précisément la surface osseuse réelle. Vous pouvez constater un gonflement de la jambe où la blessure s’est produite. Certaines activités sont plus douloureuses que d’autres ; la course en descente est particulièrement douloureuse. Les entraînements d’endurance aggravent particulièrement la douleur. TRAITEMENT : Dans un premier temps, vous pouvez, en tant que coureur, commencer votre propre traitement. Une douleur légère ou même modérée ne nécessite pas de consultation médicale. Passez en revue vos habitudes d’entraînement et de course et voyez si vous les avez augmentées ou modifiées d’une quelconque manière. Cela peut aider à identifier le moment où quelque chose a changé et a exercé plus de forces sur votre jambe, etc. Tant que vous pouvez marcher et courir légèrement sans trop de douleur, vous devriez être en mesure de gérer vous-même votre problème. Il suffit d’appliquer de la glace sur la zone sensible pendant quinze minutes, trois fois par jour, surtout après une course, de prendre régulièrement des anti-inflammatoires en vente libre, sans ordonnance, et de réduire légèrement vos distances de course. Vous devez également commencer et maintenir un programme approprié de renforcement musculaire des muscles dorsiflexes et plantaires du pied. Certains coureurs sont soulagés par l’utilisation d’un bandage compressif ou d’une attelle sur la jambe pendant la course. Ce bandage doit être appliqué de manière très lâche afin de ne pas bloquer la circulation sanguine et de ne pas aggraver la douleur et les blessures. Les cas plus résistants qui ne répondent pas après deux ou trois semaines de cette thérapie peuvent nécessiter une visite chez votre médecin ou thérapeute local pour une évaluation du style de course, de la position du pied et éventuellement d’autres problèmes. Cela peut signifier un traitement des conditions associées et peut également nécessiter des orthèses plantaires pour gérer les positions anormales du pied. Ensuite, si la douleur persiste, des examens complémentaires peuvent être nécessaires, notamment des radiographies de la jambe et éventuellement une scintigraphie osseuse pour exclure d’autres causes plus graves. Les objectifs du traitement sont de réduire ou d’inverser la progression de la douleur et, en particulier, d’éviter la progression vers les stades trois et quatre. PROGNOSTIC : Les syndromes de stress tibial sont l’une des affections de la jambe les plus courantes chez les coureurs. Ils surviennent plus fréquemment chez le coureur débutant avant que les muscles ne soient renforcés et qu’un plateau d’entraînement ne soit atteint. C’est pourquoi les syndromes de stress deviennent moins problématiques chez les coureurs expérimentés. Heureusement, lorsqu’une personne souffre de syndromes de stress du tibia ou de périosties tibiales, elle répond généralement à des modalités de traitement relativement simples et le pronostic est excellent.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.