Camino de Santiago

Share

by Ivana Baldelli

Après des années à courir le marathon, j’étais prête pour un changement. En 2019, j’ai trouvé le défi que je recherchais : parcourir un « camino » en Europe, où il existe un réseau très établi d’anciennes routes de pèlerinage. Un des éléments importants du réseau est le Chemin français, ou Camino Francés. La « ligne d’arrivée » est la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, dans le nord-ouest de l’Espagne où selon les historiens repose l’apôtre Saint-Jacques.

Cette aventure de marche semblait une progression toute naturelle après avoir complété des marathons pour personnes d’âge mûr, après avoir participé à des programmes d’entraînement du Coin des Coureurs et fréquenté des centres de mise en forme. En septembre, je n’allais pas être touriste en vacances, j’allais être un pèlerin sur le Camino Francés.

Mon point de départ était le petit village de Saint-Jean-Pied-de-Port, dans les Pyrénées. Les 30 premiers kilomètres du trajet de 779 kilomètres se trouvent en France, tandis que le reste se trouve sur le sol espagnol. La marche peut durer entre 25 et 35 jours – moins si vous utilisez un vélo, et plus si vous souhaitez des jours de repos en cours de route. De nombreux randonneurs choisissent de ne marcher qu’une semaine ou deux à la fois dans le cadre de leurs vacances annuelles.

L’expérience du camino est adaptable et peut facilement être personnalisée. Il y a un grand choix d’hôtels, d’albergues, d’auberges, de refugios, de marchés et de cafés le long du chemin. Les taxis et les bus locaux sont là pour tous ceux et celles qui ont besoin de se reposer ou de se protéger du mauvais temps. Les entreprises de voyage et de tourisme vous aideront avec les détails et la logistique, comme le transport des sacs à dos et des valises. Cela permet aux participants de s’imprégner de l’expérience de marche et de profiter des magnifiques paysages, y compris des fleurs sauvages aux vives couleurs et des champignons.

Les nombreux livres écrits par d’anciens pèlerins se sont révélés d’une grande aide en termes d’hébergement, de transport, d’étude du paysage, d’histoire, de comment remplir un sac à dos et de la vie sur le camino. Ne trouvant pas de suggestions sur la façon de me préparer aux exigences physiques, j’ai créé mon propre programme d’entraînement de trois mois où je parcourais 50 kilomètres par semaine. Bien que je ne sois pas certaine qu’il me donnerait un avantage pendant « la phase réalité », je n’ai souffert d’aucune douleur ou de courbatures pendant tout le chemin. Même les montées de près de 1400 mètres et les descentes dans des ravins rocheux n’ont posé que des problèmes mineurs.

Des centaines de milliers de personnes parcourent le Camino Francés chaque année, à la recherche de paix, de solitude et de détente. Certains peuvent être à la croisée des chemins, confrontés à une décision de carrière majeure ou se demander quoi faire du reste de leur vie. Dans mon cas, je voulais montrer ma gratitude pour la vie productive et saine que j’ai menée jusqu’à présent. Dès le moment où mes pieds ont foulé le chemin, je suis devenu un réservoir de nombreux merveilleux souvenirs. J’ai découvert le magnifique paysage espagnol, les charmantes petites villes et la culture locale unique. J’ai également noué des relations mémorables avec d’autres voyageurs de France, de Corée du Sud, de Californie, du Danemark, d’Afrique du Sud, du Pérou et d’Australie.

Pendant la marche, on n’observe aucun comportement religieux particulier comme réciter le chapelet ou chanter des hymnes religieux; cependant, chaque soir, on a le loisir d’assister à la messe des peregrinos dans l’église ou à la cathédrale locale. Pour moi, assister à la messe était toujours une belle façon de terminer la journée, comme un point d’exclamation pour terminer une pensée. Chaque homélie a répété ce que de nombreux livres et pèlerins précédents ont raconté : le camino changera votre vie pour toujours. En marchant tous les jours sur le camino, vous vivez votre vie au présent, car il n’y a rien d’autre à faire que marcher, manger et dormir. Vous oubliez ce qu’était la vie avant de venir ici. La magie du camino ne s’arrête jamais – sa devise est « Ultreïa », qui signifie « avancer avec courage ».

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.