Blessures de course typiques

Share

par Kaylie Wilson

Bonjour, je m’appelle Kaylie Wilson et je suis physiothérapeute à Momentum Health à Calgary, en Alberta. Je pratique depuis près de 7 ans en orthopédie privée, j’ai donc vu beaucoup de blessures différentes ! Je suis également une coureuse passionnée depuis 15 ans. J’ai participé à 2 demi-marathons et 1 marathon au complet, mais présentement, toutes mes courses sont accompagnées de mon chien border collie très actif, Jackson. En raison de la pandémie de COVID-19, il y a plus de gens qui à cause de la fermeture des gymnases commencent à courir, donc c’est le bon moment pour discuter des blessures typiques qui se produisent en courant. La première blessure que j’aborde dans le blogue de cette semaine est le syndrome de la douleur fémoro-patellaire, également connu sous le nom de « Le genou du coureur ».

Qu’est-ce que le syndrome de la douleur fémoro-patellaire ?

Le syndrome de la douleur fémoro-patellaire (SPFP) est une douleur autour de la rotule (genouillère) et du genou antérieur. Cela peut aller d’une douleur sourde à une douleur lancinante et aiguë. En règle générale, les facteurs aggravants du SPFP sont la course, les escaliers, l’accroupissement, le saut ou toute autre activité avec impact impliquant une flexion du genou. Parfois, la douleur peut être constante, mais elle ne survient généralement qu’avec l’activité. Le SPFP n’a généralement pas de mécanisme de blessure, la plupart des gens signalent l’apparition de la douleur après avoir couru pendant une certaine période .

Quelle est la cause du SPFP ?

La recherche propose la théorie que les structures médiales de la rotule sont soumise à un stress secondaire à une diminution du contrôle de la rotation interne de la hanche et à une utilisation excessive des muscles internes de la cuisse pendant l’activité. Puisque le SPFP est une blessure dynamique, les générateurs de douleur n’apparaîtront pas nécessairement sur l’imagerie diagnostique, car ce sont des photos prises avec le membre en position statique.

 

Prévenir le SPFP :

Bien qu’il n’y ait pas d’exercice ou une méthode spécifique pour empêcher le SPFP de se produire, il existe des mesures à prendre pour réduire le risque de développer une douleur antérieure au genou. Si vous êtes un débutant à la course, commencez progressivement par des intervalles (course/marche) qui ont des périodes de marche plus longues (ratio 2 ou 3 à 1). Ne vous souciez pas trop de la distance lorsque vous débutez, concentrez-vous plutôt sur la réduction de l’écart lors de vos intervalles de marche/course.

Il est également important pour les coureurs d’inclure l’entraînement en force dans leur programme hebdomadaire. L’entraînement en force peut aider à augmenter l’énergie utilisée (par exemple, grimper une côte pendant votre course) et à améliorer son économie de la course en général. L’entraînement en force crée également un impact sur les tissus qui peut aider nos genoux à s’adapter à diverses formes de stress, comme la course à pied. Souvent, dans le SPFP, c’est une tolérance réduite à l’impact sur le tissu autour du genou qui conduit à un stress et à une douleur excessive, mais avec un impact progressif et un entraînement de force supplémentaire, le tissu peut s’adapter.

Une autre façon de modifier l’impact sur votre genou antérieur consiste à augmenter le nombre de pas pendant une course (cadence). Pour mesurer votre cadence, comptez combien de fois vos pieds ont touché le sol en une minute. Une fois que vous avez cette valeur, essayez d’augmenter le nombre de contacts avec les pieds par minute de 5 à 10 %. La chose importante à retenir est que la cadence n’est pas une augmentation de la vitesse de course, vous pouvez augmenter vos contacts avec les pieds sans courir plus vite.

Que dois-je faire si je ressens déjà de la douleur au genou ?

Ma première recommandation est de faire évaluer votre douleur au genou par un physiothérapeute pour vous assurer que ce n’est pas quelque chose de plus grave. À l’heure actuelle, il est difficile de se rendre dans une clinique pour être évalué, mais de nombreuses cliniques offrent la télésanté, qui est de la physiothérapie via une webcam. La bonne nouvelle est que la plupart des blessures liées à la surutilisation peuvent être gérées par un programme d’exercices supervisé et graduel, qui peut être fait avec la télésanté.

 

Références (en anglais seulement) :

Bolgla, L ; Boling, M.C. (2011). Une mise à jour pour la gestion conservatrice du syndrome de la douleur fémoro-patellaire : une revue systématique de la littérature de 2000 à 2010. The International Journal of Sports Physical Therapy, 6 (2), 112–125.

Chumanov, E.S ; et. Al. (2012). Les changements dans les modèles d’activation musculaire lorsque de la fréquence des pas est augmentée durant la course. Gait Posture, 36 (2) : 231–235.

Collins, N.J et. Al. (2012). Efficacité des interventions non chirurgicales pour la douleur antérieure au genouRevue systématique et méta-analyse des essais randomisés. Médecine du sport 42 (1), 31-49.

Gulati A, McElrath C, Wadhwa V, Shah JP, Chhabra A. Perspectives cliniques, radiologiques et thérapeutiques actuelles du syndrome de la douleur fémoro-patellaire. Br J Radiol 2018 ; 91 : 20170456.Les spécialistes du genou de Sydney (2020). http://www.sydneyknee.com.au/medial-patellofemoral-ligament-reconstruction/

Vikmoen, O; Ronnestad, B.R; Ellefsen, S ; Raastad, T. (2017) L’entraînement en force intense améliore les performances de course et de cyclisme après un travail sous-maximal prolongé chez des athlètes féminines bien entraînées. Physiological Reports, 5 (5), 1–14.

Williams, A.N. (2017) Les effets de l’entraînement en cadence de 9 semaines sur la biomécanique chez les coureurs débutants. Journal of Athletic Training,,  52 (6) S74.

Yildiz, Y. et. Al. (2016). Les effets de la prolothérapie (dextrose hypertonique) chez les sportifs de loisir atteints du syndrome de la douleur fémoro-patellaire. Journal of Experimental and Integrative Medicine, 6 (2), 53–56.


Kaylie Wilson est physiothérapeute à Momentum Health à Calgary, en Alberta. C’est une coureuse passionnée et elle adore courir avec son coolie border, Jackson !

 

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.