Courir avec l’asthme : utiliser l’indice de la qualité de l’air pour planifier le moment idéal pour courir à l’extérieur

Share

Souffrir de l’asthme ou d’une autre maladie respiratoire ne veut pas dire que vous ne pouvez pas faire de l’exercice, ne pas atteindre vos objectifs de conditionnement physique ou même de devenir un champion. Cela signifie cependant qu’il faut prêter une attention particulière à votre corps et aux principaux déclencheurs de symptômes, tels que les conditions de l’air extérieur.

Et la meilleure façon de le faire est de vérifier l’indice de la qualité de l’air, ou la cote air santé (CAS).

La cote air santé attribue une note entre 1 et 10 pour la qualité de l’air dans votre région : plus le chiffre est élevé, plus le risque est élevé. Les personnes souffrant d’asthme et d’autres problèmes de santé présentent souvent des symptômes plus graves, tels qu’une respiration sifflante, la toux, un essoufflement ou une irritation des yeux et de la gorge. Mais même les personnes qui sont en bonne santé peuvent ressentir les effets de la pollution de l’air (et particulièrement lorsque la mauvaise qualité de l’air se combine à la chaleur extrême).

Syntonisez la CAS et on vous indiquera le moment opportun pour reprogrammer votre entraînement, déplacer votre course à l’intérieur, rester à l’ombre, boire de l’eau supplémentaire ou tout simplement en profiter pour prendre ça plus mollo. C’est gratuit, c’est aussi facile à vérifier que la météo, c’est disponible partout et c’est toujours mis à jour. Il suffit de vous rendre sur www.AirHealth.cato pour accéder au service.

Pour obtenir un point de vue plus personnel, nous avons parlé à Matt Norminton, ancien médaillé national américain et national de l’USports en cross-country et en athlétisme, et coureur de marathon de haut niveau pour le Canada, terminant 2e aux championnats nationaux. Matt souffre également d’asthme depuis son adolescence – et depuis lors, il se passionne pour les outils et les stratégies visant à protéger sa santé et celle de ses collègues athlètes.

Matt a pris quelques moments hors de la piste des entraîneurs à l’Université d’Edmonton pour nous parler de la façon qu’il gère son asthme et de l’adoption d’un mode de vie saine lorsque la qualité de l’air s’abaisse.

Parlez-nous un peu de vous. Qu’elles sont vos principales occupations ces jours-ci ?
J’avais l’habitude d’être un coureur compétitif, mais pas tellement ces jours-ci. Mais je m’entraîne toujours, je cours et je joue aussi dans une ligue de hockey masculin !

Qu’est-ce qui vous a poussé à commencer à courir de façon compétitive ?
Mon père courait tous les jours après le travail, alors je me suis joint à lui. C’était un bon entraînement pour le hockey et le soccer. J’avais l’habitude de courir pour mes écoles afin de pouvoir mériter un jour de congé scolaire, puis j’ai continué. À l’université, je me suis dirigé vers la course de façon sérieuse.

Quand avez-vous reçu un diagnostic d’asthme ? Et comment gérez-vous cela aujourd’hui ?
On m’a diagnostiqué au secondaire — je crois que j’étais en 11e ou 12e année. Maintenant, j’utilise un inhalateur quotidien (auparavant Pulmicourt mais maintenant j’utilise Symbacourt) et un autre, le Bricanyl, avant un exercice plus intense.

Que faites-vous si la qualité de l’air est mauvaise à l’extérieur ? Comment gérez-vous votre niveau d’activité ces jours-là ?
Je déplacerai mon activité à l’intérieur — pour faire quelque chose sur l’X-trainer ou le tapis roulant.

Utilisez-vous l’indice de la qualité de l’air ?
Plus encore maintenant en tant qu’entraîneur que lorsque j’étais athlète. Je vérifie la CAS s’il semble que nous ayons des problèmes de qualité de l’air pour évaluer à quel point l’air est vraiment médiocre, puis j’annule la pratique et suggère aux personnes d’aller s’entraîner à l’intérieur pour être en sécurité.

Quel conseil donneriez-vous aux athlètes en herbe ou actuels à qui on vient de diagnostiquer un problème de santé limitant ?
Travaillez avec vos médecins et votre équipe de santé pour rester aussi actif que possible ! Vous devrez peut-être parfois ajuster votre intensité ou votre quantité d’exercice, mais il n’est pas nécessaire de vous arrêter complètement. Utilisez vos inhalateurs au besoin et suivez les services comme la CAS.

 


Scout Environmental, Le Coin des Coureurs et PharmaChoice — avec le soutien de Santé Canada — ont pour mission d’encourager les Canadiens à utiliser l’indice de la qualité de l’air, à se protéger de la pollution atmosphérique et à mener une vie saine et active.

Pour plus d’informations sur cette campagne de santé publique, visitez www.AirHealthCheck.ca.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.