Elle court parce que….

Share

par Lisa Shatzky

 

Elle court parce que…

chaque course

reconnais le moment

de perfection dans sa plénitude,

riche et délicieux

dans l’ici et le maintenant

et qu’aujourd’hui est pour toujours.

Parce que le corps est le temple

le souffle est le mantra

et le battement du cœur

sa chanson la plus ancienne.

Parce que chaque course est

Méditation célébration exaltation

et me revoilà, chuchote-t-elle

aux ancêtres,

me revoilà,

simplement un enfant qui joue dans l’univers.

Parce que chaque course c’est

prière bénédiction reconnaissance

le cadeau d’être ici

le privilège de ce jour

car rien ne peut être pris

pour acquis

pourtant les miracles ordinaires

sont partout.

Parce que courir c’est

la lune qui pleure quand le jour revient,

le vent qui agite l’herbe,

le rire des enfants,

le cœur qui sort de la captivité,

une musique sans attache

s’élevant des profondeurs.

Parce que courir c’est

le désir chuchoté

des montagnes,

le sentier qui a envie d’être touché,

la terre qui envoie des soupirs
d’humeurs et de couleurs,

l’étonnement de voir

l’éternité dans les yeux

de tout être vivant,

l’esprit qui veut danser

la tête qui lui laisse la voie libre.

Parce que courir

permets aux chagrins et à la tristesse

de la vie

de passer du temps au soleil,

de leur donner de l’espace pour bouger

et de respirer

comme de petits oiseaux brisés

qui ne peuvent plus voler

mais qui sont parfois élevés

pour toucher le ciel.

Parce que courir c’est

le poème non écrit

sur le point de naître,

c’est la voix inébranlable à l’intérieur

la tempête,

qui est sauvage et féroce et provocant

contre l’inertie,

c’est la libération de l’esprit,

c’est un combattant de la liberté pour ce qui est opprimé

c’est le courage d’aller de l’avant encore et encore

quand tout devient difficile,

c’est d’être un peu folle

et être un peu folle va très loin.

Elle court parce que

il y a un enfant qui appelle encore

après toutes ces années,

un enfant qui frappe à la porte,

Je suis ici pour jouer,

ici pour aimer,

ici pour se réjouir,

ici pour rêver,

et courir permet à l’enfant d’entrer,

d’ouvrir la porte

de rendre la liberté à l’enfant.

 


Lisa Shatzky a quatre recueils de poésie publiés par Black Moss Press. En plus de courir des ultras et d’écrire, elle travaille comme psychothérapeute à Bowen Island en Colombie-Britannique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.