Pourquoi il est préférable de se suralimenter plutôt que de se sous-alimenter

Share

par Megan Kuikman, RD

La plupart des athlètes s’inquiètent de savoir comment la nutrition peut les aider à récupérer plus rapidement, à améliorer leurs performances ou à atteindre une composition corporelle idéale. Cependant, un apport calorique adéquat devrait être une priorité pour tous les athlètes, car les conséquences négatives de se sous-alimenter peuvent être plus néfastes que de le faire.

Sous-alimenter signifie ne pas manger assez de calories pour couvrir les calories brûlées lors de l’exercice physique, plus les calories nécessaires pour passer la journée. L’énergie provenant des calories est nécessaire pour que le cœur bat, pour que les poumons respirent et pour que le cerveau puisse penser. Même si une personne dormait toute la journée, elle aurait quand même besoin de calories. Si vous ne consommez pas assez de calories, des modifications métaboliques et hormonales (chez les femmes et les hommes) sont préjudiciables à la santé.

Stefania Crudeli/Unsplash

Le fait de ne pas manger suffisamment va au-delà du risque de carences nutritionnelles telles que carence en fer ou fatigue chronique. Par exemple, une sous-alimentation peut entraîner une modification négative du profil lipidique et une dysfonction endothéliale, ce qui augmente le risque cardiovasculaire. C’est vrai, une personne peut faire de l’exercice pour améliorer sa santé cardiaque, mais si elle manque d’alimentation, cela pourrait en fait augmenter son risque cardiovasculaire. Voici quelques autres changements hormonaux et métaboliques qui peuvent survenir suite à une sous-alimentation.

Taux métabolique réduit
Bien que la perte de poids soit facile au début, de nombreux athlètes deviennent frustrés lorsque leur poids se stabilise alors qu’ils mangent très peu et font beaucoup d’exercice. Manger moins de calories que nécessaire ne conduit pas, comme par magie, à une perte de poids. Le corps réagit aux restrictions caloriques en diminuant le taux métabolique au repos et en augmentant les réserves de graisse corporelle. Le corps est intelligent : s’il n’est pas correctement alimenté, il est capable de faire des changements qui réduisent la quantité de calories nécessaires plutôt que d’augmenter la perte de poids. Cette réduction du taux métabolique peut entraîner des symptômes tels que constipation, une sensation de froid constant ou un manque d’énergie.

Augmentation du risque de blessure
La sous-alimentation augmente considérablement le risque de blessure. Les changements hormonaux pouvant survenir avec un apport calorique insuffisant réduisent la densité osseuse. Cela augmente non seulement le risque d’ostéoporose, mais augmente également le risque de fracture de stress pour les athlètes. Au-delà de la santé des os, l’exercice avec de faibles réserves de glycogène (qui survient lorsque la quantité de glucides consommée est insuffisante) augmente le risque de blessure. Enfin, si un athlète ne se ravitaille pas correctement après un exercice, la phase de récupération est compromise. Pour rester sans blessure, il est essentiel de manger suffisamment.

Diminution des performances sportives
Ne pas manger suffisamment nuit aux performances sportives et empêchera les athlètes d’atteindre leur plein potentiel. Une sous-alimentation réduit la force musculaire, diminue l’endurance et altère le jugement. Pour fonctionner de manière optimale, l’alimentation doit également être optimale.

Des blessures récurrentes, une baisse des performances ou l’un des autres résultats négatifs mentionnés ci-dessus peuvent signaler un problème de sous-alimentation. Si une athlète cesse d’avoir ses règles (on parle d’aménorrhée), cela devrait être considéré comme un signe sérieux que pas suffisamment de calories sont consommées, et cela devrait faire l’objet d’une recherche plus approfondie. Les autres signes d’une insuffisance de prise de nourriture incluent les changements d’humeur, tels que l’irritabilité et la dépression.

Les athlètes devraient se concentrer spécifiquement sur une alimentation suffisante pour l’exercice. Faites-le plein avant l’exercice et à nouveau immédiatement après. N’essayez pas de «sauvegarder» des calories pour plus tard. Une sous-alimentation entraînera non seulement des performances sous-optimales, mais pourrait également être la cause de blessures, ce qui pourrait conduire à arrêter tout exercice.

 

 


Megan Kuikman est une diététiste et coureuse de longue distance de Brantford, en Ontario.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.