Nouvelle année, nouveau défi

Share

parJane Cleroux

Au début de 2018, j’ai appris que le marathon Waterfront de la Banque Scotia à Toronto aurait lieu le 22 octobre, date de mon anniversaire. Sur un coup de tête, je me suis inscrite au demi-marathon. À l’époque, je courais tout au plus trois à cinq kilomètres, alors je ne savais pas par où commencer.

Je me suis toujours perçue comme une coureuse solitaire, mais quand j’ai vu des groupes de coureurs courir en ville, jai pensé qu’il serait plaisant de courir avec eux un de ces jours. J’ai finalement décidé de faire le premier pas et je suis entré dans le Coin des Coureurs à Orléans. Immédiatement, j’ai été accueilli chaleureusement par un membre du personnel qui était plus que disposé à répondre à mes questions. On m’a également offert des informations sur les programmes d’entraînement du Coin des Coureurs. Je suis rentré chez moi, j’ai fait des recherches sur les groupes de cadence afin de trouver celui qui me convenait le mieux. J’ai choisi le groupe de 2 h 45 min et je me suis inscrite à mon premier programme de demi-marathon.

Jane au marathon Waterfront de la Banque Scotia à Toronto de 2018 fêtant ses 25 ans.

Au début, j’étais très inquiète et je ne pensais pas pouvoir m’intégrer. J’avais tort! Le premier soir,  je suis entrée dans la boutique et je me suis trouvée entourée de coureurs enthousiastes qui racontaient leurs dernières aventures de course à pied. Les gens assis près de moi m’ont immédiatement accueilli à bras ouverts. Ils m’ont donné des indications pour la première fois et ont exprimé leur enthousiasme pour tous les nouveaux membres. J’ai rencontré la chef du groupe de cadence de 2 h 45, Kirsten, qui m’a présentée aux autres membres du groupe. C’est à ce moment-là que jai comprisque j’avais pris la bonne décision.

Durant toute la durée du programme, nous étions comme une petite famille de coureurs, toujours attentifs les uns aux autres. Kirsten, en tant que chef de file naturelle qu’elle est, a veillé à ce que tout le monde soit à l’aise et au besoin, revenait sur ses pas pour accompagner quelqu’un. Elle a dû apprendre elle-même des meilleurechefs de file, car nos trois instructrices d’entraînement ont été exceptionnelles. Elles ont apporté tellement d’énergie et de plaisir que les séances ont toujours été agréables. Elles ont veillé à ce que tout le monde connaisse le trajet proposé et sache comment legérer en toute sécurité.

Quil s’agisse de se lever tôt le week-end pour parcourir des kilomètres dans les deux chiffres ou de se précipiter à la boutique dOrléans immédiatement après le travail. J’ai maintenant hâte d’attacher mes lacets. Quand je cours avec mon groupe, nous discutons de tout et non seulement de course à pied. Nous nous informons mutuellement des événements majeurs dans notre vie et discutons de la façon dont notre journée s’est déroulée. Des moments comme ceux-là m’ont fait réaliser tout ce que je manquais lorsque je courais seule.

Ce qui est devenu ma famille au Coin des Coureurs d’Orléans fait désormais partie de mon système de soutien et de ma vie. Il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre. Le Coin des Coureurs il ne s’agit pas seulement de course, il sagit dappartenir et de devenir une meilleure personne. Je naurais pas pu terminer mon premier demi-marathon sans le Coin des Coureurs et mon nouveau groupe damis.

Dans le sens des aiguilles d’une montre à partir du haut à gauche : Julie, Liette, Jane M., Jane C. et Kirsten.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.