Comment s’entraîner pour un marathon et continuer à vivre

Share

par Dan Chabert

Un marathon représente une distance remarquable et l’entraînement peut nécessiter beaucoup de temps et d’engagement. Lorsque vous décidez de vous inscrire à un marathon, la première chose qui vous vient à l’esprit est de savoir comment vous allez pouvoir vous entraîner sur une distance aussi imposante tout en respectant vos autres obligations liées à votre travail et à votre famille, tout en maintenant un semblant de vie normale. Pourvu que vous demeuriez flexible, créatif et que vous ne voyez pas d’inconvénient à planifier, vous pouvez réussir ! Voici quelques conseils pour vous aider à démarrer.

Trouvez votre « zone de confort idéale ».
Un volume d’entraînement plus élevé n’est pas toujours mieux, nécessaire ou sécuritaire. Avec les médias sociaux qui imprègnent tous les aspects de nos vies, il est facile de s’enliser dans le jeu de comparaison avec d’autres coureurs. Ne cédez pas au piège de la comparaison ! La plupart des coureurs, en particulier les amateurs, ne courent pas plus de 100 kilomètres chaque semaine. Il est conseillé d’envisager de rejoindre une clinique du Coin des Coureurs ou de vous associer à un entraîneur pour vous aider à trouver votre zone idéale pour l’entraînement, ce qui signifie que votre horaire et votre corps peuvent supporter un volume de course maximum chaque semaine. Courir trop de kilomètres, trop vite et trop tôt vous rendront vulnérable à avoir des blessures, et un entraîneur peut vous aider à vous orienter dans la bonne direction. Dans l’entraînement au marathon, plus n’est pas nécessairement meilleur, mais rester en bonne santé l’est toujours.

Obtenez de l’aide et communiquez de manière adéquate.
Lorsque vous vous entraînez pour un marathon, tout le reste de votre vie en dehors de la course aura une incidence sur votre entraînement, et inversement, vous apprendrez alors combien il est essentiel de disposer d’un réseau de soutien pour vous aider à passer au travers de vos 12 à 18 semaines d’entraînement concerté. Votre réseau de soutien sera composé des personnes sur lesquelles vous pourrez compter pour suivre votre formation et bien qu’ils ne feront pas le kilométrage à votre place (c’est votre boulot !) ils sont toujours indispensables pour compléter votre entraînement et assurer vos performances. Ne tenez pas votre réseau de soutien pour acquis. Il vous incombe de communiquer vos besoins et vos désirs le plus tôt possible à votre réseau, de façon à leur laisser le plus de temps possible pour planifier et déterminer comment ils peuvent vous aider.

Ne négligez pas votre vie sociale.
Envisagez de combiner votre entraînement avec des activités sociales familiales et avec vos amis. Un bonus: passer du temps avec ses proches tout en courant laissera l’impression que le temps passe plus vite. La course et l’entraînement au marathon peuvent être une activité individuelle, mais ce n’est pas nécessairement le cas. En fait, vous allez vous rendre compte possiblement que le kilométrage que vous partagez avec vos proches est l’un des plus mémorables de votre entraînement.

Courez quand c’est moins incommodant pour les autres.
Beaucoup de coureurs trouvent qu’il est plus commode pour leurs proches de compléter leur parcours d’entraînement marathon tôt le matin pour pouvoir être disponible plus tard. Peu importe le moment où vous compléter votre kilométrage, ne perdez pas de temps. Sortez de chez vous à la même heure chaque jour pour courir. Si vous reportez votre course à plus tard, vous allez déranger votre réseau de soutien (en ne rentrant pas à la maison à temps) et vous ne pourrez probablement pas terminer la séance prescrite ce jour-là. Si vous avez planifié de courir 60 minutes, à compter de 17 h, faites tout votre possible pour sortir à temps pour pouvoir courir pendant 60 minutes au lieu de 50, 40 ou même moins.

N’oubliez pas d’avoir du plaisir.
Nous, les coureurs, prenons la poursuite de nos objectifs très au sérieux, mais nous devons nous rappeler de réserver une portion d’humilité de temps à autre, sauf si la course est votre gagne-pain. Courir est censé être un passe-temps amusant ! Ne vous prenez pas tellement au sérieux que vous vous privez du plaisir et de la joie que procure l’entraînement du marathon. De même, soyez réaliste dans ce que vous demandez à votre réseau de soutien de faire pour vous. Annuler une course ici et là pour gérer des événements non prévus n’est pas la fin du monde. De plus, il est important de se rappeler que malgré tous les sacrifices que vous faites pour vous engager pleinement dans votre entraînement du marathon, il est très probable que votre réseau de soutien fasse également de nombreux sacrifices pour vous soutenir.

N’oubliez pas que si l’entraînement du marathon est naturellement important pour vous, il ne s’agit pas d’une fin en soi, et que de nombreuses personnes vous aident dans les coulisses à chaque étape de votre parcours. Lorsque vous êtes dans le couloir de finissants lors de votre marathon, et que vous savourez votre réussite, souvenez-vous du réseau de soutien qui vous a aidé à y arriver. Il n’est pas impossible d’avoir une vie pendant que vous vous entraînez pour un marathon ; il faut seulement être créatif, flexible, patient, engagé, et disposé à demander de l’aide.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.