Critique de livre: When Running Made History par Roger Robinson

Share

par Margaret Buttner

Les admirateurs du commentateur et historien de la course, Roger Robinson, ne seront pas déçus par son dernier livre, When Running Made History (Syracuse University Press, 2018). Moitié mémoires, moitié chronique de la course à pied au cours des 70 dernières années, le récit d’événements mémorables racontés par Robinson, tels que les Jeux olympiques de Rome de 1960 ou le 100e anniversaire du marathon de Boston, est raconté de manière vivante et extraordinaire.

 
Les coureurs et les non-coureurs apprécieront les comptes rendus personnels de Robinson en tant que participant, commentateur ou journaliste. Ils sont racontés avec passion, respect et humour souvent pince-sans-rire, par exemple, en expliquant comment sa vie hors des cercles universitaires en tant que coureur lui permet de « se faire des amis dans tous les secteurs de la société, jusqu’à inclure des avocats et des politiciens ».

De l’emblématique marathon de Berlin de 1990, où les coureurs pouvaient courir pour la première fois à Berlin est et Berlin-Ouest, à la tragédie et aux conséquences des attentats du marathon de Boston de 2013, Robinson apprend à ses lecteurs ce qui se cache derrière les grands titres des journaux, ajoutant une touche humaine et une perspective aux courses qui ont façonné le monde. Il montre comment la course à pied a souvent aidé des communautés entières à se remettre de catastrophes telles que l’attaque terroriste de 2001 à New York ou le tremblement de terre de 2011 à Christchurch (Nouvelle-Zélande). Quand il visite le site de son ancienne maison, qui est maintenant un site rempli de terre et de débris suite au séisme, c’est bien plus qu’un livre sur la course.

Robinson est un professeur émérite d’anglais à l’université Victoria de Wellington et enrichit habilement le récit de références littéraires occasionnelles. Coureur inconditionnel, il a représenté l’Angleterre puis la Nouvelle-Zélande dans les compétitions internationales. Il est particulièrement connu pour ses exploits de maître, notamment en établissant le record des plus de 40 ans pour Boston (2 h 20 min 15 s) et le record des plus de 50 ans pour New York (2 h 28 min 1 s). Aujourd’hui âgé de 70 ans, ses deux prothèses du genou ne l’ont que légèrement ralenti. Il a récemment reçu un prix Media Excellence de l’American Academy of Orthopaedic Surgeons pour son article publié dans le magazine Runner’s World sur son retour à la course après la chirurgie.

Robinson est particulièrement attaché au Canada et aux nombreux amis qu’il s’est faits au fil des ans. Avec son épouse Kathrine Switzer (célèbre au marathon de Boston), il est un conférencier fréquent lors d’événements canadiens de course à pied, notamment le marathon de Toronto et le demi-marathon féminin de Niagara Falls. Il se souvient affectueusement du marathon international de Vancouver (BMO) de 1981, où il a terminé troisième au classement général et a établi un record de maître de 2 h 18 min 44 s à ce jour. Son livre tient à remercier John Stanton et le Coin des Coureurs d’avoir inspiré le mouvement de la course au Canada, et Alan Brookes de Canada Running Series de libérer l’énergie du coureur d’élite, Ed Whitlock, dont les marathons couru en des temps record (2 h 54 min 49 s à 73 ans). 3 h 15 min 54 s à 80 ans) pourraient ne jamais être surpassées.

Comme un verre de bon scotch single malt, le travail de Robinson doit être savouré; de bons souvenirs resteront gravés longtemps après la fin du dernier chapitre. Mais il n’y a rien d’élitiste à ce sujet. Comme une bonne bière, When Running Made History pétille d’énergie et d’amour pour le sport.

Si vous souhaitez commander un exemplaire du livre de Roger, visitez le site www.sbookscan.com. Il peut également être acheté sur amazon.ca.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.