La nervosité avant la course

Share

par Nicholas Larade

S’approcher de la ligne de départ peut être une expérience angoissante, que ce soit votre premier 5 km ou votre dixième marathon. Apprendre à surmonter votre nervosité avant la course peut être l’un des facteurs qui vous séparent de votre meilleure performance.

La nervosité avant la course peut se manifester de différentes manières. Certains coureurs peuvent ne pas être en mesure de dormir la nuit précédant la course, tandis que d’autres peuvent oublier des objets importants comme leur dossard, leurs produits nutritionnels ou leurs chaussures. La nervosité avant la course est un sous-ensemble d’un plus grand nombre de problèmes qui relèvent de l’anxiété liée aux performances.

L’anxiété liée à la performance est un niveau de nervosité qui a un effet négatif sur l’activité préférée. Être légèrement nerveux peut vous aider à réaliser votre meilleure course, mais si vous êtes trop nerveux, vous risquez d’avoir des effets négatifs tels que des changements dans vos habitudes de sommeil ou de prise de repas, des émotions chaotiques avant l’événement ou des performances inférieures à vos capacités. Idéalement, vous souhaitez conserver l’effet positif de votre anxiété tout en minimisant les effets néfastes. Cependant, comme pour votre course, apprendre à maîtriser votre nervosité pour de meilleures performances demande de la pratique et de la planification.

L’anxiété liée aux performances ne se limite pas au jour de la course. Vous avez probablement déjà ressenti le même sentiment de nervosité lors de situations similaires comme parler en public ou lors d’un entretien pour un emploi. L’application des stratégies d’adaptation que vous connaissez déjà pour ces autres situations est un bon point de départ. Une des méthodes les plus simples pour réduire votre anxiété est de pratiquer. Semblable à répéter le discours que vous devez prononcer, faire le parcours, avant l’ épreuve, peut contribuer grandement à réduire votre nervosité. Vous pouvez revivre vos succès dans votre monologue intérieur avant ou pendant la course. Une autre stratégie que vous pouvez utiliser pour réduire l’anxiété avant la course consiste à mettre au point une routine le jour de la course (et les jours précédant votre événement). Cette routine peut impliquer de manger le même repas avant votre course, une course spécifique, ou d’écouter une de vos chansons préférées pour vous distraire et vous emballer pour la course.

La plupart d’entre nous vont courir seulement pour terminer la course ou tenter de battre un record personnel, mais il y a des leçons que nous pouvons apprendre des élites pour surmonter l’anxiété liée aux performances. Si vous adoptez une attitude professionnelle vis-à-vis votre préparation à la course, cette attitude contribuera souvent à réduire votre anxiété au moment où vous arriverez à la ligne de départ. Commencez par tenir un journal de bord afin de pouvoir suivre des éléments tels que votre nutrition et votre entraînement avant la course afin de déterminer ce qui est sous votre contrôle. Plus vous sentez que vous avez le contrôle des étapes qui mènent à votre événement, le mieux vous allez vous sentir à propos de votre course. Un journal de bord peut également être utilisé pour identifier les situations qui vous rendent anxieux face à vos performances. Par exemple, la ligne de départ réelle ne vous rendra peut-être pas nerveux, mais vous risquez d’être inquiet de parler avec d’autres coureurs avant la course. Une fois que vous avez identifié les situations angoissantes, vous pouvez commencer à ajuster votre routine afin de minimiser leurs effets.

Une méthode simple et facile à utiliser pour réduire l’anxiété avant et pendant une course consiste à faire des exercices de respiration. Si vous êtes anxieux, vous avez tendance à prendre des respirations courtes et rapides, ce qui peut vous rendre plus nerveux. Votre respiration doit être plus profonde et commencer par votre diaphragme pour vous assurer que votre corps obtient l’oxygène dont il a besoin pour vous permettre de vous détendre. Aussi difficile que cela puisse être pendant la course, rappelez-vous de respirer profondément et de vous détendre.

Une bonne respiration peut également être associée à la pratique de la méditation pour vous aider à mieux gérer l’anxiété liée aux performances. Pratiquez la méditation à la maison avant de l’utiliser le jour de la course, car les nouvelles techniques peuvent avoir un effet néfaste si elles ne sont pas planifiées ou pratiquées de manière réfléchie à l’avance. Trouvez un endroit tranquille où vous êtes à l’aise physiquement et mentalement et asseyez-vous ou allongez-vous dans une position détendue. Fermez les yeux et pensez à des mots apaisants comme « détendu », « calme » ou « excité » pour vous aider à reformuler votre anxiété. Utilisez une respiration profonde et répétez les mots en rythme. Plus vous vous habituerez à la méditation, plus vos séances seront longues. Certains coureurs utilisent la musique pendant la méditation pour les distraire des pensées extérieures. Une fois pratiqué à la maison, vous pouvez appliquer la méditation et la respiration profonde avant la course en trouvant un endroit tranquille pour vous concentrer sur ce que vous voulez ressentir pendant la course.

 

 


Nicholas Larade est titulaire d’une maîtrise en sciences de l’exercice et du sport, axée sur la psychologie du sport, et est le gérant du Coin des Coureurs de Fredericton.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.