Courir avec une licorne par

Share

Par Carole Williams

Laissez-moi vous parler de mon amie Noémie. Elle est la personne qui m’inspire de continuer à courir et qui a complètement changé la façon dont je vois le sport. Cette jeune fille de 15 ans est intelligente, coquette et inspirante, et elle vient de compléter son premier demi marathon – le demi marathon hypothermique – à Moncton.

J’ai rencontré Noémie grâce à son père, Denis Robichaud, qui aime impliquer sa fille dans toutes sortes d’événements de course tel que les collectes de fonds à des fins charitables. J’ai rapidement fait remarquer que Noémie n’était pas une adolescente typique. Elle était respectueuse et affichait une sagesse exceptionnelle pour son âge. J’ai commencé de l’appeler mon ‘licorne’ (parce qu’elle est vraiment unique !) et de passer plus de temps avec elle.

ONotre première course ensemble était l’Electrifying Night Run à Moncton à la fin du mois de juin pour recueillir des fonds pour la clinique des seins du centre oncologique ou je travaille.

Cette course de 5km était une bagatelle pour cette fille active et impliquée dans de nombreux sports dès l’enfance. Nous nous sommes si bien amusées que je nous ai inscrit à l’événement ‘’Legs for Literacy’’ de 10km peu après l’événement. Nous entraîner durant l’été était amusant, et la course fut naturellement un succès – un véritable jalon pour elle. Puis s’est imposée l’idée de courir un demi marathon. Pourra-t-elle relever ce défi ? avec l’accord de ces parents, nous avons décidé de nous lancer dans cette nouvelle aventure. Mais courir en hiver était un jeu diffèrent.

Néanmoins, nous avons survécu cette période froide, seulement utilisant le tapis roulant lorsque c’était absolument nécessaire. La plupart du temps, c’était elle qui me motivait! Notre entraînement s’est concentré sur notre distance totale et notre endurance dans un esprit de prévention des blessures. Un rythme moins rapide et des étirements durant chaque pause.

Le jour de la course, notre objectif était de terminer son premier demi marathon exempte de blessures avec une sourire sur ses livres. Notre progression était lente et régulière, en utilisant la méthode 10 :1, en prenant régulièrement des pauses pour faire du yoga au grand plaisir des bénévoles qui nous ont vus. Malgré le froid (il faisait =17°C au départ de la course) Noémie ne s’est jamais plainte. J’ai été vraiment impressionnée par ma petite licorne ! Comme espéré, nous avons terminé la course en souriant.

J’ai été ravi de percevoir le monde de la course à pied par la lorgnette de quelqu’un d’autre. Certes, je retournerai bientôt à mon programme d’entraînement régulier, mais pour l’instant, ma place est ici, à côté de Noémie. Inspirer la prochaine génération est incroyablement satisfaisant et pour moi, c’est aussi une grande source d’inspiration.