Leçons de courses

Share

par Kristoffer Pedlar

Pour moi, la course à pied est une passion et un exercice de santé mentale. Cela m’a appris beaucoup de choses sur le monde et sur moi-même. Voici quelques-unes des leçons que la course m’a apprises.

Zoomphoto.ca

J’ai beaucoup appris sur la persévérance. Courir de longues distances prend du temps. Au cours des séances d’entraînement de mon premier marathon, j’ai rapidement compris ce vieil adage : « Ce n’est pas un sprint, c’est un marathon. C’est une compréhension que je garderai en moi pour le restant de ma vie. Quand les moments les plus difficiles, je sais que j’ai la volonté et la détermination de passer à travers en plaçant un pied devant l’autre.

J’ai appris à être seul. Les coureurs passent beaucoup de temps en solitaire. L’entraînement solitaire se déroule à l’aube, 5 km lors de la pause déjeuner, et le jour de la course, vous êtes souvent privé de compagnie alors que vous partez à la recherche de votre objectif personnel. Quand je cours, je me perds souvent dans mes pensées. Je me rappelle que le monde est un endroit magnifique et que je suis un veinard tout bien considéré.

J’ai appris à quel point il peut être incroyable de courir avec d’autres personnes. La communauté des coureurs est l’une des meilleures au monde. C’est positif, inclusif et compétent. J’ai rencontré des gens formidables dans des clubs organisés, des cliniques, des formations polyvalentes et des groupes sur Facebook. Ils aident à passer le temps pendant les longues courses, offrent des mots d’encouragement lorsque je me sens déprimé et sont là pour me soutenir à la fin. Lorsque vous débutez, ce sont les personnes qui vous aident à réussir, qui vous permettent de rester concentré sur votre objectif et de le rendre amusant. J’ai appris à gérer mes émotions.

Quand j’ai commencé à courir, j’étais en pleine rupture. Courir m’a offert du temps et de l’espace pour gérer mes émotions. Cela m’a aidé à traverser cette période malheureuse de ma vie d’une manière saine et l’exercice m’a aidé à me sentir bien. Quand il me semble que les choses ne tournent pas rond dans le monde, quand je suis submergé ou que je me sens impuissant, je lace mes chaussures et vais courir. Mes problèmes ne sont pas toujours résolus par la suite, mais je me sens mieux et mieux préparé pour prendre les mesures qui s’imposent.

J’ai appris que tout est possible si vous mettez du temps et de l’énergie. Dans nul autre sport, vous ne verrez une telle diversité parmi ses compétiteurs. Chaque fois que je fais la file pour une course, je suis émerveillé par la diversité des âges, des races, des cultures, des tailles et des types de corps. En course, il ne s’agit pas de votre physique, de votre force ou de vos réalisations passées. Au lieu de cela, il s’agit de votre préparation. Et cela ne connaît pas d’âge, de sexe, de race ou de culture. Cette leçon a été confirmée alors que je participais au demi-marathon Waterfront de la Banque Scotia à Toronto, il y a quelques années. Aux environs des 16 km, alors que j’éprouvais de la difficulté un homme beaucoup plus âgé que moi me doubla avec aisance. Je me souviens de m’être senti très humilié, surpris même. Mais il s’était entraîné pour la course, tout comme moi. Les grands coureurs ne viennent pas dans des emballages spécifiques. C’est l’une des meilleures choses à propos de la course.

Finalement, j’ai appris que tout le monde mérite une médaille. J’ai récemment eu un débat avec un ami sur la question de savoir si c’est correct ou non que chaque participant à une course remporte une médaille, quelle que soit le temps qu’ils ont pris pour terminer. Ça m’a vraiment fait réfléchir. Je suis arrivé à la conclusion que tous ceux qui participent à une course courent pour une raison. Ce pourrait être pour un temps précis, un record personnel, un événement marquant dans leur vie, pour se qualifier pour quelque chose, ou même pour se positionner dans un groupe d’âge. D’autres courent pour la santé : ils essaient de perdre du poids, d’abaisser leur tension artérielle ou d’instaurer un nouveau régime de santé. Certains participent à leur première course, d’autres courent leur dernière. Certains essaient quelque chose en dehors de leur zone de confort, en cochant un élément de leur liste de choses à faire avant de mourir ou respecter un engagement à relever un défi. Les gens courent pour les membres de la famille qu’ils ont perdus, pour amasser des fonds pour des œuvres de bienfaisance ou pour leurs propres traitements médicaux. Pour moi, peu importe si vous atteignez votre objectif ou non. Que vous complétiez tout le parcours en marchant tout le chemin ou que vous couriez un temps incroyable, il est important que vous soyez là, que vous ayez fait de votre mieux. Alors oui, tout le monde mérite une médaille.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.