Un demi-marathon à Prague

Share

par Kieu Dung

Lorsque mon épouse m’a proposé d’aller en Europe de l’Est pour nos vacances, j’ai immédiatement commencé à rechercher des courses à compléter. Il n’y avait pas de courses à Prague en septembre 2017, mais j’en ai trouvé une à Usti Nad Labem, à deux heures de train de Prague. Selon les informations sur le site Web de RunCzech, le parcours était plat et il s’agissait d’un circuit sur route; la course avait lieu en après-midi. Ce dernier détail m’a donné la motivation nécessaire pour m’inscrire, car j’avais amplement de temps de faire le trajet à Usti Nad Labem et de me préparer pour la course.

Nous sommes arrivés à Prague après un voyage plutôt tumultueux. Notre vol Montréal-Paris était en retard, nous avons manqué le vol de correspondance Paris-Prague et, enfin, nous sommes arrivés à Prague… sans nos bagages. Bien sûr, mes vêtements de course et mes accessoires étaient dans ma valise, quelque part entre Paris et Prague. J’ai réussi à élaborer un « plan B » : courir dans mon bermuda (qui était dans mon bagage à main) et le maillot qui était fourni par l’organisation de la course. J’ai eu la chance d’avoir quitté Montréal avec mes souliers de course aux pieds.

Le lendemain matin, la réception de l’hôtel m’a informé que la valise était arrivée; j’étais au paradis. J’ai eu assez de temps pour déballer et prendre mon nécessaire pour la course. À la gare Centrale de Prague, j’ai rencontré une femme tchèque qui courait la même course et un Argentin qui nous a rejoints. La solidarité des coureurs est omniprésente, même à l’étranger. Nous sommes arrivés à l’expo et avons eu beaucoup de temps pour récupérer notre dossard. Étonnamment, l’exposition était minuscule et ne comptait que quelques exposants, rien comme celles en Amérique du Nord.

Comme nous étions arrivés assez tôt, nous avons pris le temps de manger et de visiter la ville. Usti Nad Labem est la septième ville la plus peuplée de la République tchèque. Elle est située dans un district montagneux au confluent des rivières Bílina et Elbe. C’est un centre industriel majeur, un port fluvial actif et un important nœud ferroviaire.

Toutes les festivités autour de la course se déroulaient sur la place centrale. Il y avait des stands proposant des boissons énergisantes, des barres nutritionnelles, de la crème glacée et des bouteilles d’eau. Il y avait aussi différents types de vendeurs de vêtements de sport, chaussures et autres accessoires. Tout cela était accompagné d’une musique de fond entraînante. La course familiale était la première épreuve de la journée, suivit des 5 km et 10 km. Mon épreuve était le demi-marathon, qui commençait à 15 h.

Le parcours était joli et plat et les quartiers étaient remplis de gens venus nous encourager. Les stations d’eau et d’alimentation étaient situées tous les 3 km et la musique rock était omniprésente tout au long de la course. Nous avons eu la chance de passer par l’usine chimique Spolchemie, emblème d’Usti Nad Labem. En plus de l’usine chimique, le parcours conduit les coureurs le long du sentier de l’Elbe jusqu’au château de Střekov et au centre-ville.

Quelques observations sur les courses en République tchèque : Je n’ai vu aucun coureur porter une bouteille d’eau. L’un d’entre eux s’est même demandé pourquoi j’en avais traîné un. Par temps frais, les coureurs (hommes et femmes) portent des pantalons pour courir, ce qui est moins courant au Canada. J’ai aussi remarqué que la plupart des coureurs ne portent pas de casquette en courant. La nourriture et les boissons sont distribuées pendant la course et il n’y en a pas à la fin de la course.

Ma course pour la plupart s’est déroulée comme prévu. Cela ne m’a pris que 27 minutes pour les premiers 5 km et j’ai atteint la barre des 10 km à environ 58 minutes. J’étais en excellente forme au 15 km. J’ai commencé à ressentir une douleur intense à la cuisse vers le kilomètre 18 et j’ai décidé de m’arrêter au poste de premiers soins. J’étais reconnaissant lorsqu’une infirmière m’a demandé de m’asseoir et m’a donné un massage, même si j’étais déçu d’avoir perdu quelques minutes. En quittant la tente, je savais que mon temps cible ne serait pas atteint et j’ai décidé de simplement terminer la course. J’ai été surpris de recevoir un courriel de l’organisation quelques jours plus tard, confirmant que j’avais terminé 36e de mon groupe d’âge. Dans l’ensemble, ce fut une expérience formidable.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.